• Un autre regard : DES IMAGES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLANETE

    Un autre regard : DES IMAGES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLANETE

  • Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

    Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

  • VOIR / NE PAS VOIR LES

    VOIR / NE PAS VOIR LES "HANDICAPS"

  • Exposition : Une petite histoire de la BD

    Exposition : Une petite histoire de la BD

édito

Les pensées confettis

Nous vivons singulièrement deux périls opposés de façon simultanée : l’uniformisation et la parcellisation. L’uniformisation est constituée par la marchandisation de la planète, sa normalisation et sa standardisation : les mêmes produits de masse partout, les mêmes modes vestimentaires ou de pensée. La parcellisation est son pendant : chacune et chacun dans son coin ou replié sur sa communauté réelle et virtuelle.

Lire la suite

The Nine Eyes Of Google Street View

 La réalité qui nous est montrée est à la fois ordinaire et extraordinaire. Les images que l’on découvre au fil des pages peuvent être poétiques (des animaux sauvages qui parcourent les espaces déserts d’Alaska, un homme seul marchant en plein désert), amusantes (une ville envahie par les mouettes, un italien habillé en soldat romain en pause de son travail de figurant de la Rome antique)… Mais ce qui domine surtout, c’est la terrible réalité avec sa violence : arrestations, scène de crime, accident de voiture… La prostitution montre grâce Google Street View ® son caractère universel : des femmes plus ou moins jeunes, plus ou moins vêtues qui attendent au coin des rues du Brésil à la Belgique en passant par les Etats-Unis. Ce livre montre le monde tel qu’il est.

Il montre aussi comment chacun réagit face à cette prédation photographique. Même si les visages sont floutés, il est facile de reconnaître un voisin ou une connaissance du quartier. Des adolescents anglais se masquent le visage et tendent un doigt obscène à l’appareil photo, alors que d’autres semblent très heureux de savoir que leur silhouette connaîtra une notoriété sur Internet. D’autres, indifférents, ressemblent aux vaches qui regardent passer les trains, passifs et comme hypnotisés. Cette application de Google® est particulièrement intrusive de l’espace privé pour ne pas dire intime. Nombreux sont ceux qui sont surpris à leur fenêtre ou dans leur jardin. Derrière la volonté altruiste de Google® « d’organiser l’information mondiale et de la rendre universellement accessible et utile[1] », on peut aussi voir un œil de Big Brother permettant à une entreprise privée de capter ces images à des fins mercantiles. Google® n’est pas une association caritative mais bien un géant financier. A travers ce livre, nous prenons conscience de la dépossession de notre image qui s’opère grâce à la révolution numérique (qui permet d’obtenir très facilement une photo avec un appareil ou un téléphone) et au Web 2.0 (qui permet grâce aux réseaux sociaux de partager immédiatement une vue). Comment contrôler son image une fois celle-ci introduite dans le réseau mondial alors qu’elle peut être reprise et dupliquée à l’infini ?

Face à ce phénomène, l’individu n’a pratiquement aucun recours : quelle loi évoquer pour se défendre ? Celle de son pays, celle du pays où est logée l’entreprise, où est logé le serveur ? Il n’est pas possible pour un individu même très fortuné de faire disparaître une image du Net (on peut penser aux photos intimes des stars qui sont toujours accessibles même après la condamnation du voleur). Ce petit ouvrage est une réflexion sur l’omniprésence et de la prédation de l’image et surtout sur l’ambigüité de l’utilisateur qui est à la fois victime du voyeurisme et voyeur. Ce qui est fondamentalement un outil pour simplifier la vie de celui qui cherche son chemin est devenu un gigantesque catalogue de photographies de l’humanité du début du XXIème siècle. Ce catalogage s’est fait à nos dépens.

Florent BARNADES, photographe et journaliste free-lance.

 


[1] Page 2