• Un autre regard : DES IMAGES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLANETE

    Un autre regard : DES IMAGES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLANETE

  • Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

    Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

  • VOIR / NE PAS VOIR LES

    VOIR / NE PAS VOIR LES "HANDICAPS"

  • Exposition : Une petite histoire de la BD

    Exposition : Une petite histoire de la BD

édito

Les pensées confettis

Nous vivons singulièrement deux périls opposés de façon simultanée : l’uniformisation et la parcellisation. L’uniformisation est constituée par la marchandisation de la planète, sa normalisation et sa standardisation : les mêmes produits de masse partout, les mêmes modes vestimentaires ou de pensée. La parcellisation est son pendant : chacune et chacun dans son coin ou replié sur sa communauté réelle et virtuelle.

Lire la suite

Luttes de femmes

Les cinq parties font le tour des questions majeures : « tout est politique, au travail !, mon corps est à moi !, voix féministes d’ailleurs, créatives ». Ce siècle d’affiches est un assemblage hétéroclite où des productions artisanales se mêlent à des campagnes institutionnelles. Il est amusant de remarquer que l’affiche féministe a subi les grands traits de la mode qui tenait le haut du pavé : la période psychédélique des années 1970 est haute en couleur. La seconde vague du féminisme va exploiter tous les moyens graphiques pour ses combats (y compris la bande dessinée avec la participation de Claire Brétécher). Le féminisme post moderne est lui plus porté vers le graphisme et se mêle souvent au combat LGBT (Lesbian Gay Trans BI).

 

 

Ces placards constituent un message, parfois un même cri d’expression, pour révéler ce que le quotidien cache ou a rendu banal : vote des femmes, inégalité des salaires, double journée de travail pour les femmes avec enfants, la question du contrôle des naissances et de la maternité… Sur chacun de ces sujets, et face à une société machiste qui voulait nier les débats, les féministes des trois générations (fin XIXème siècle aux années 1930, années 1960 et 1970 et enfin le féminisme que l’on nomme post-moderne) ont utilisé l’art de l’image - parfois très graphique parfois humoristiques, provocatrices mais jamais sans détour - pour faire connaître au grand public la réalité du mouvement et le questionnement que chaque femme doit légitimement se poser. Aujourd’hui, les images ont peu à peu disparu pour être remplacées par des happenings : action des FEMENS seins nus, actions de la Barbe pour démontrer la non-mixité des lieux de pouvoir et de réflexion, les Guerrilla Girls

Alors que notre monde est saturé d’images, surtout d’images animées, l’affiche semble appartenir à un passé un peu désuet. Elle demeure un outil de recherche historique. Je recommande aux professeurs de piocher dans la très riche iconographie de cet ouvrage les illustrations pour démontrer le combat féministe. De surcroît l’efficacité des textes est à souligner. En moins de 150 pages on peut découvrir les débats internes, souvent méconnus du grand public, qui ont secoué le féminisme. Un livre très intéressant et pédagogique. Les spécialistes de la question n’y trouveront rien de nouveau mais profiteront du plaisir d’images d’une belle diversité, provenant aussi bien du journal La Fronde de Margueritte Durand que des affiches du groupe histoires d’Elles

 


[1] Mort aux Bolchos de Nicolas Lebourg , 2012 et Vive les Soviets par Romain Ducoulombier, 2012.