• Un autre regard : DES IMAGES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLANETE

    Un autre regard : DES IMAGES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLANETE

  • Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

    Transporter. Quoi ? Ou ? Avec quelles énergies ?

  • VOIR / NE PAS VOIR LES

    VOIR / NE PAS VOIR LES "HANDICAPS"

  • Exposition : Une petite histoire de la BD

    Exposition : Une petite histoire de la BD

édito

Tout le monde décrypte !

Le lancement de la nouvelle formule de decryptimages.net doit être l’occasion d’une mise en perspective. Rappelons-le, lorsque ce site apparut en 2008 (lancé officiellement le 17 mars 2009), rassemblant les ressources de sites antérieurs créés depuis 2000 par l’Institut des Images (imagesmag, imageduc, primages), le mot « décrypter » n’était pas du tout à la mode. Nous avons eu de longs débats. La notion d’analyse nous semblait la bonne mais n’était pas très attirante (analysimages...). Nous nous sommes portés ainsi vers cette notion de décryptage, qui est le fait d’aller chercher le sens de ce qui est codé, crypté –quand il y a lieu...

Lire la suite

Publicité magazine pour le film Star Wars Episode 1 - COMMENT

Index de l'article

COMMENT

C’est de la bande dessinée

La crise économique de 1929 coïncide avec l’apparition de super-héros aux Etats-Unis. Le premier est Buck Rogers. Il sera suivi de beaucoup d’autres durant les années trente, depuis Prince Vaillant, Flash Gordon, jusqu’à Superman en 1939. Ces héros auront une grande importance dans le monde, parce que les bandes dessinées américaines sont alors traduites à travers tout l’Occident. Elles imposent le phylactère, c’est-à-dire ces fameuses "bulles" qui font parler les personnages et rendent l’action plus rapide, alors qu’auparavant tout le texte et les dialogues étaient placés sous la "case" du dessin.

star04_on star05_on

Flash Gordon, que George Lucas connaît bien sûr, est le véritable modèle en bandes dessinées de La Guerre des étoiles. Il s’agit, sous la plume d’Alex Raymond, d’une saga intergalactique. Elle est publiée pour la première fois en 1933 et connaît un immense succès dû tant au dessin de Raymond qu’à son mélange imaginaire entre le futur et le passé, l’espace et un aspect de chevalerie. Flash Gordon manie à la fois une épée et un pistolet galactique. Il lutte contre des diables asiatiques (Mongols).

C’est de la science-fiction

La science-fiction a connu de grands précurseurs (Jules Verne et H. G. Wells). Elle naît véritablement dans sa dénomination en 1908 aux Etats-Unis avec Hugo Gernsback et sa revue Modern Electrics. Gernsback publiera de nombreuses revues pendant l’entre-deux-guerres, dont les couvertures seront illustrées par Frank R. Paul. Ingénieur de formation, il mêle la technique et la rêverie romanesque de l’anticipation liée aux mondes nouveaux de l’espace.

star06_on star07_on

C’est bien l’exploration des galaxies permettant d’imaginer des mondes nouveaux qui caractérise ces images. En littérature, elles sont à l’origine de ce que l’on appellera les “space operas” (“opéras de l’espace”), dont le représentant le plus célèbre est Isaac Asimov. La Guerre des étoiles, saga de l’espace, est bien un “space opera” (mot forgé de façon ironique à partir de “soap opera”, qui désignait les feuilletons américains financés par des marques de lessive, notamment Procter et Gamble).

C’est du cinéma

Très tôt, le cinéma s’est intéressé au voyage dans l’espace. Georges Méliès réalise dès 1902 Le Voyage dans la lune. Les Martiens font la révolution dans Aelita du Russe Yakov Protozanov en 1922 Fritz Lang envoie une Femme dans la lune en 1928. Mais ce sont vraiment les années 1950 qui développent le genre. En fait, sous prétexte de divertissement, nous assistons alors à la transposition en images de la rivalité entre les Russes et les Américains.

La guerre froide est montrée comme une guerre chaude apocalyptique où les rouges soucoupes volantes attaquent la terre. Cela se poursuit dans les années 1960. Dans les années 1990, un retour de la science-fiction au cinéma donne l’occasion de parodier les réalisations antérieures (Mars Attacks!). La Guerre des étoiles s’inscrit pleinement dans cette tradition. Elle n’innove pas quant à ses thèmes. Elle recycle des récits antérieurs. En revanche, son succès permet des innovations techniques importantes et également une succession de films selon une ampleur inégalée.

star08_on star09.1_on

 

C’est de la littérature

La Guerre des étoiles emprunte aux légendes du Moyen Age, notamment à ce qui a inspiré Harold Foster pour Prince Vaillant, à savoir le cycle du roi Arthur. Elle emprunte surtout, comme Foster, à la vogue du Moyen Age au XIXe siècle. En effet, après le culte de l’Antiquité au XVIIIe siècle, les romantiques aiment à se plonger dans le “mystérieux Moyen Age”. C’est la source de ce que l’on appellera les romans gothiques, précurseurs de toute la littérature fantastique.

star10_on star11_on star12_on

C’est aussi le décor de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. Un des auteurs les plus fameux du genre est Walter Scott avec son fameux Ivanhoé. Le Moyen Age est ainsi revisité par les auteurs du XIXe siècle quien font une source de nouvelles mythologies, jusque dans les livres scolaires.