• Apprendre à lire et apprendre à voir

    Apprendre à lire et apprendre à voir

  • MEDIA-TERRORISME ET CONTENTION MEDIATIQUE

    MEDIA-TERRORISME ET CONTENTION MEDIATIQUE

  • Tout le monde décrypte !

    Tout le monde décrypte !

édito

Tout le monde décrypte !

Le lancement de la nouvelle formule de decryptimages.net doit être l’occasion d’une mise en perspective. Rappelons-le, lorsque ce site apparut en 2008 (lancé officiellement le 17 mars 2009), rassemblant les ressources de sites antérieurs créés depuis 2000 par l’Institut des Images (imagesmag, imageduc, primages), le mot « décrypter » n’était pas du tout à la mode. Nous avons eu de longs débats. La notion d’analyse nous semblait la bonne mais n’était pas très attirante (analysimages...). Nous nous sommes portés ainsi vers cette notion de décryptage, qui est le fait d’aller chercher le sens de ce qui est codé, crypté –quand il y a lieu...

Lire la suite

Au secours, la gauche revient !

par Ana Oomjola

Jaurès en prière

fn1

QUOI

Le Front national, parti d’extrême-droite français, a sorti en mars 2009 une affiche pour son candidat du Sud-Ouest reproduisant le visage de Jean Jaurès.

Jean Jaurès, assassiné en 1914, est la figure référence du socialisme français. Il est donc vu comme un défenseur des couches populaires qui souffraient de l’exploitation capitaliste. Tribun originaire de Castres dans le Sud-Ouest, il est en France un des pères fédérateurs de la gauche (avant la création spécifique du parti communiste), fondateur du journal L’Humanité.

L’affiche n’est pas rouge (couleur traditionnelle de la gauche), mais rose.Il est choisi ici dans une vue où il regarde le ciel, de façon quasi prophétique et religieuse.

COMMENT

Récupérer pour détourner

Le Front national est en 2009 un parti au chef vieillissant (Jean-Marie Le Pen). Son discours s’est toujours fondé sur la mise en cause des étrangers comme responsables de la crise nationale. A l’heure d’un choc économique mondial provoqué par des malversations financières scandaleuses, se dessine à nouveau une rupture grave entre les populations et des possédants qui n’ont cessé de s’enrichir par des pratiques douteuses et en exigeant des profits toujours plus importants sans redistribution et en délocalisant des entreprises bénéficiaires.

Imitant le candidat Nicolas Sarkozy durant sa campagne électorale, conseillé par Henri Guaino, le Front national récupère alors le leader de la gauche pour s’ériger en défenseur du peuple. Il le fait en donnant une vision religieuse de Jaurès et en mettant en exergue un slogan qui résonne aujourd’hui différemment : « A celui qui n’a plus rien, La Patrie est son seul bien ». Le mot « Patrie », terre des pères, des ancêtres, devient un appel à se souder dans la nation, seul élément protecteur contre les périls mondiaux. Le vivre-en-commun solidaire de Jaurès devient le bastion tricolore contre l’assaut planétaire.

fn2

Là encore, les repères droite-gauche sont bousculés. Cette « Patrie en danger » de la « Terreur » pendant la Révolution française, devient, dans la France occupée en 1940 un des trois termes du régime de Philippe Pétain : « Travail, famille, patrie ».

C’est l’affiche « Patrie » par Bernard Villemot qui sera associée d’ailleurs au petit village de « La Force tranquille » créée par Jacques Séguéla pour François Mitterrand en 1981.

Jaurès est ainsi détourné dans un affichage qui redevient très traditionnel : visage du leader, slogan, identification du parti.

NOTRE ANALYSE

La fin du story-telling et du bling-bling

Pour que le Front national revienne ainsi à une figure tutélaire de la gauche française, même en la détournant, est très significatif des changements à l’œuvre. L’ère du « bling, bling », des top models, des riches déversant leur vulgarité à longueur de reportages sur M6, touche à sa fin. Le « story-telling » consistant à raconter des histoires pour vendre des produits médiatiques se heurte aujourd’hui au mur impitoyable des réalités. L’heure n’est plus à la mise en scène, elle est, comme Obama l’a pressenti, aux comptes à rendre directement à chacune et à chacun. Michelle Obama ne veut plus apparaître dans les magazines pour ses robes, alors qu’elle a toujours travaillé. Elle va servir les soupes populaires, plante bio à la Maison Blanche avec des jeunes et veut agir concrètement.

L’ère de Bush et du mensonge d’Etat soutenu par tous les grands médias des Etats-Unis aboutit à une mise en cause générale. Voilà revenu le temps des mots concrets et de l’action. Le XXIe siècle sera moral. Nous le constatons partout. Ce n’est plus une question d’idéologie (l’environnement dépasse les idéologies), ni de religion (les comportements extrémistes traversent toutes les religions), mais d’une conception individuelle et collective de la justice, d’un pacte planétaire.

Dans ce sens, la piètre récupération du Front national est significative d’un retour vers les questions simples de la richesse et de la pauvreté, du mode de vie, de l’éthique locale et mondiale.