• Pierre Laborie, important défenseur du "besoin d'Histoire", d'une Histoire interrogée

    Pierre Laborie est mort à Cahors le 16 mai 2017. Le numéro 6 de [decryptcult] fut consacré à "L'Histoire instrumentalisée ?". Il s'ouvrait par un entretien avec Benjamin Stora sur "L'Histoire face au danger des querelles de mémoires". Et Pierre Laborie avait accepté d'y parler de "La Deuxième Guerre mondiale déformée par l'anachronisme ?". Cet historien scrupuleux a réalisé en effet le travail de référence sur l'imaginaire social en France de l'avant Deuxième Guerre mondiale à l'après, basé sur des milliers d'heures de recherches. Dans cet entretien, il insistait sur l'importance du travail d'histoire et --au temps de la "mémoire" triomphante-- des "mémoires" matériaux pour les études historiques. Souvent pillé, rarement cité, écoutez donc ou réécoutez ce grand Monsieur modeste, ce grand travailleur méticuleux à la pensée puissante vous dire l'exigence du travail historique, à l'inverse d'un marketing à la mode --pour des raisons commerciales-- basé quelques formules provocatrices non étayées. Merci Pierre : [decryptimages] est honoré d'avoir pu recueillir tes analyses.

    Lire la suite...

  • Hergé entre au palais

    Hergé au Grand Palais à Paris, c’est une scène digne du Sceptre d’Ottokar. L’auteur lui-même ne l’aurait pas cru : exposer sur les murs où Picasso ou Monet ont été présentés…

    Décryptons un peu la chose. Ou essayons. En commençant par réfléchir à l’usage du mot « décryptage » lui-même.

    Ce mot « décryptage » connaît une vogue insensée. A mesure que nous recevons des tsunamis d’informations mélangées, seconde après seconde, désormais tous les médias décryptent. A croire d’ailleurs que tout est codé et que nous vivons dans un monde d’espions. Pas étonnant ainsi que les théories du complot fassent florès. Un des effets positifs cependant réside dans le fait que désormais, parmi tant de décryptages qui n’en ont que le nom, s’est produit un saut qualitatif avec de réelles enquêtes et de réels travaux étayés.

    Lire la suite...

  • L’histoire mondiale des images, s’initier en 10 étapes-repères

    Nous vivons désormais partout sur la planète dans l’ubiquité permanente entre ce que nous voyons directement et ce que nous voyons indirectement (généralement par écran interposé). Comment alors penser que ce monde des images n’ait pas transformé profondément le fonctionnement des sociétés humaines et les imaginaires individuels dans notre réalité locale-globale ? Voilà pourquoi, à tout âge, il est devenu primordial de se situer dans le déversement incessant de tout et n’importe quoi, d’images, textes et sons que nous ne savons pas qualifier. Les repères en histoire générale de la production visuelle humaine sont devenus ainsi la base de savoirs indispensables si nous voulons échapper aux sociétés du contrôle et à l’instrumentalisation pour des raisons commerciales ou idéologiques.  Au XXIe siècle, apprendre à voir est devenu un impératif civique, autant qu’apprendre à lire. Cette exposition apporte des repères dans le temps, dans l'espace et sur les supports d'images. Elle est la base de nombreux développements possibles et peut se compléter par le livre (disponible sur www.lulu.com ).

    Cliquez ici pour demander l'exposition complète

    Lire la suite...

  • Carambolages : fertilité visuelle ou accident muséographique ?

    L’exposition lancée en mars 2016 au Grand Palais à Paris avec un catalogue-objet constitue un cas de figure passionnant. Nous l’avions évoquée avec son commissaire Jean-Hubert Martin dans l’émission [decryptcult]. Elle est en effet très révélatrice de beaucoup d’aspects concernant l’usage des expositions aujourd’hui comme celui de notre univers d’images et des pratiques de recherche et d’éducation.

    Lire la suite...

  • Cabu, Charb, Tignous, Wolinski

    En souvenir de Cabu et des membres de la rédaction de Charlie hebdo assassinés en ce jour, quelques images de Cabu invité de l'émission [Decryptcult] il y a presque un an jour pour jour. 

     

    Lire la suite...

A la une...

L'abstraction invisible

 

Bernard Plossu, L’abstraction invisible, Entretiens avec Christophe Berthoud, éditions Textuel, 206 p.

Par Florent Barnades (journaliste indépendant)

 

Sa carrière est lancée aux Etats-Unis où il est revenu avec des reportages à résonance sociale et humaine. Comme Kerouac, il effectue un road trip pour connaître le monde et mieux se connaître lui-même. Il publie des reportages en Europe comme aux Etats-Unis. Ses photos du grands ouest américains avec des villes abandonnées et des déserts sans fin lui vaudront l’admiration des amoureux des grands espaces. Bernard Plossu est connu pour « appartenir » au courant du surbanalisme ou de la photo sans mobile apparent. Alors qu’à l’époque brille au firmament, Cartier Bresson, Doisneau ou Edouard Boubat, se développe un courant photographique en recherche de l’instant dans une géométrie parfaite de construction de l’image.

 

 

 

Parallèlement, sous l’inspiration du Krishnamurti et de la pensée zen, Bernard Plossu développe son style photographique (toujours en 50 mm insiste-t-il souvent ou avec des appareils photo jouets instamatic). Les photos sont volontairement tremblées ou miniatures. Il s’agit de photographies qui peuvent sembler banales mais qui portent en elles l’intention de l’humain et celle du photographe. Il cherche à capter en un instant cette « abstraction invisible » (p.138). Une des plus célèbres est un noir et blanc, une simple nappe posée face à une banquette dans un restaurant. Le contraste est puissant, le sujet on ne peut plus simple et en même temps porteur de potentialité et d’intentionnalité. Cette beauté simple est frappante et efficace. .

 

 

 

Ainsi se déroule sa vie jusqu’à aujourd’hui. Il a multiplié les reportages à travers le monde (au Sahel par exemple qui a été l’objet d’une exposition au prestigieux National Museum Of African Art de le Smithsonian Institution). Il construit lui-même ses livres sans maquettiste, travaille avec des institutions pour des propjets précis puis se lance dans un autre projet.

Honoré du Grand prix national de la Photographie en 1988, il est aujourd’hui respecté de tous et continue de surprendre dans ses projets. Bernard Plossu possède la plus grande chance pour un photographe : son talent lui permet d’être libre et de travailler sur un sujet qui lui tient à cœur quand il le désire. Il a aujourd’hui 137 monographies à son actif et « une douzaine » (p.178) en projet. Il collabore régulièrement avec d’autres artistes. Bernard Plossu vit la vie dont rêve chaque photographe mêlant projets et commandes.

De format agréable, cet ouvrage est un régal à la fois graphiquement et textuellement. Il ne s’agit pas d’un panégyrique à la gloire d’un photographe mais un véritable voyage à travers sa vie et son œuvre en agréable compagnie sans pédantisme ni forfanterie. Comme une discussion au coin du feu.